3 questions à Edith Maruéjouls, géographe du genre

 

Edith Maruéjouls, géographe du genre, a soutenu sa thèse en 2014 : « Mixité, égalité et genre dans les espaces du loisir des jeunes. Pertinence d’un paradigme féministe ». Elle est qualifiée maîtresse de conférences dans sa discipline. Elle a créé le bureau d’études L’ARObE (Atelier recherche observatoire égalité) et ses travaux portent sur l’égalité réelle et opérationnelle dans la cour d’école, les loisirs des jeunes et l’espace public.

 

L’espace public est-il un lieu d’inégalités entre femmes et hommes ?

L’espace public, à travers l’étude des équipements et espaces de loisir des jeunes, révèle des inégalités de traitement entre les filles et les garçons, puis entre les femmes et les hommes. L’usage des installations sportives par exemple (maisons de jeunes, lieux de répétition de musiques actuelles, street art, etc.), est majoritairement masculin et non mixte. Les études sur les mobilités des femmes et des hommes et l’usage de la ville par le genre ont montré également des contraintes et des stratégies qui pèsent sur le groupe social des femmes et inscrivent une inégalité femmes – hommes dans la manière de « vivre la ville ». On s’interroge alors sur l’inégale possibilité de flânerie, d’insouciance, d’immobilité entre les femmes et les hommes, sans parler de la violence symbolique et du harcèlement.

« Il faut réinsuffler de la mixité visible dans les espaces publics »

Y a-t-il un moment où les filles disparaissent de l’espace public ?

Dans mes recherches, l’entrée dans l’adolescence marque une forme de retrait de l’espace public, qui s’associe à une relégation à l’espace privé. Les jeunes filles sont alors moins légitimes dans l’espace public « lorsqu’elles n’ont rien à y faire ». Le monde des loisirs est sexué, le discours sociétal sur la présence des filles « au dehors » est axé sur la prise de risque, sur les dangers… Je parle dans ma thèse de « décrochage des filles de l’espace public à l’adolescence », décrochage qui est durable à l’âge adulte.

Comment peut-on résorber ces inégalités ?

Il faut réaffirmer le droit au dehors pour toutes et tous, le droit à la flânerie, le droit à la ville à égalité. Il faut réinsuffler de la mixité visible dans les espaces publics, en proposant des équipements et des activités dédiés aux multi usages, aux multi pratiques qui, de fait, impulsent un partage et donc une négociation à égalité entre les différent-e-s usager-e-s. En outre, il ne faut pas négliger l’impact des mobilités différenciées et s’attacher aux notions de proximité, de déplacements multiples, d’environnement, d’ambiance. Des questions aussi pratiques que la largeur des trottoirs, l’éclairage, les toilettes publiques sont autant d’éléments qui participent au mieux-être pour toutes et tous. A l’instar de l’association « Genre et ville », il faut développer des marches « sensibles » qui réhabilitent le sensoriel dans la perception de la ville, les « bonnes odeurs » et l’enveloppement « humain » que proposent aussi une vie en ville. Je crois, à l’égal d’autres chercheurs-euses, qu’il faut prôner la bienveillance collective qui est, de fait, un rempart contre les violences.

PARTAGER
Article précédentThéroigne de Méricourt (1762-1817)
Prochain article84 000 femmes victimes de viol
Éléonore Stévenin-Morguet

Éléonore a été chargée de prévention des violences sexistes pour l’association Paroles de Femmes 91. Elle rejoint le groupe Egaé en septembre 2015. Elle est notamment chargée des formations sur les violences contre les femmes et de la communication.