Quelle place pour les femmes et les filles dans les quartiers prioritaires ?

Un avis sur la place des femmes et des filles dans les quartiers prioritaires

Le Conseil national des villes* (CNV) s’est intéressé récemment, à la demande du Ministre de la cohésion des territoires, à la place des femmes et des jeunes filles dans les espaces publics des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Dans cet avis, adopté le 21 juin 2018, le CNV rappelle un certain nombre de constats partagés sur la situation en matière d’égalité dans les quartiers prioritaires et formule 36 recommandations pour lever les freins au principe d’égalité et garantir le droit à la ville pour toutes et tous.

Une priorité souvent oubliée

L’égalité femmes-hommes constitue depuis la loi Lamy de 2014 un objectif explicitement poursuivi par la politique de la ville. A ce titre, elle doit apparaître dans les contrats de ville signés à partir de 2015 comme une priorité transversale. Force est de constater qu’elle peine néanmoins à apparaître de manière visible, que ce soit dans les contrats de ville ou dans les programmations déclinées sur les territoires.

Des préconisations concrètes et partagées

Les préconisations formulées par l’avis du CNV visent justement à fournir des pistes concrètes pour favoriser l’intégration de l’égalité dans les contrats et les projets financés.

  • Dans une première partie, l’avis s’intéresse à la gouvernance des contrats de ville et des programmations dans la perspective d’une approche intégrée de l’égalité : sensibilisation et formation des parties prenantes, personnes référentes, objectifs et indicateurs chiffrés, voire budgets genrés des demandes de subvention. Il s’agit de s’assurer que les projets proposés et financés soient vigilants aux problématiques d’égalité et de mixité et y apportent des réponses tangibles.
  • Dans une seconde partie, l’avis revient sur la notion de droit à la ville et sur ses déclinaisons en termes d’espace public, d’habitat et de mobilité. Autant de questions encore trop peu questionnées à l’angle du genre lorsqu’il s’agit de penser le futur des quartiers prioritaires. Des outils existent pourtant, comme les marches exploratoires (dans espaces publics ou dans les transports), pour donner à entendre les propositions des femmes pour améliorer leur qualité de vie.

Ces préconisations sont aujourd’hui partagées par une large majorité des professionnel.le.s intervenant à la croisée des questions d’égalité femmes-hommes et de la politique de la ville. Elles sont adaptées et pragmatiques et nous espérons qu’elles seront entendues !

Découvrez le rapport complet du CNV.


Le groupe Egaé peut vous accompagner dans un projet d’intégration de l’égalité dans la politique de la ville ou dans la réalisation d’une marche exploratoire. N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus : contact@groupe-egae.fr

 

* Le Conseil national des villes est une instance historique de la politique de la ville placée auprès du Premier ministre qui concourt à la conception, à l’élaboration et à la mise en œuvre de la politique de la ville.

 

PARTAGER
Article précédentLa charge mentale a son jeu vidéo (impossible) !
Prochain articleÉconomie sociale : un prix pour récompenser l’égalité !
Camille Toldre est diplômée de l’IEP de Paris. Spécialiste du secteur public, elle a notamment accompagné les collectivités à mettre en œuvre des démarches en faveur de l’insertion professionnelle et du maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap. Au sein du groupe Egaé, elle est plus particulièrement en charge de l’accompagnement des collectivités.