Des référent.e.s « Agissements sexistes et harcèlement sexuel » au sein des entreprises

Depuis le début de l’année 2019, les Comités Sociaux et Economiques (CSE) des entreprises doivent avoir désigné un ou une référent.e « agissements sexistes et harcèlement sexuel ». La loi prévoit également que ces nouveaux et nouvelles référent.e.s bénéficient d’une formation nécessaire à l’exercice de cette nouvelle mission.

Les entreprises de plus de 250 salarié.e.s doivent nommer, en plus du ou de la référent.e CSE, un ou une référent.e au sein de l’entreprise qui aura en charge d’orienter, informer et accompagner l’ensemble des salarié.e.s sur ces questions.

Ces nouvelles dispositions législatives renforcent la prévention et la lutte contre les violences sexistes et sexuelles au travail et soulignent que ces enjeux sont toujours d’actualité en France. Pour rappel, selon le Défenseur des droits, 1 femme sur 5 a déjà été victime de harcèlement sexuel au cours de sa vie professionnelle (2014, Ifop, Défenseur des droits).


Savoir détecter, nommer correctement les faits, maîtriser le cadre légal, accueillir la parole ou réagir n’est pas toujours aisé. Le groupe Egaé peut vous accompagner et former les personnes référent.e.s sur ce sujet.

PARTAGER
Article précédentNouvelles arrivées au Groupe Egae, Lauriane et Julie répondent à nos questions.
Prochain article1001 Héroïnes
Amélie Durin
Amélie Durin réalise son stage de fin d’études au sein du secrétariat général du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, en participant aux travaux des commissions santé, parité et violences faites aux femmes. Elle intègre le groupe Egaé en avril 2016. Elle est notamment chargée du site expertes.eu.