Dévoiler les mécanismes des inégalités professionnelles dans la fonction publique

Un rapport publié le 27 décembre 2016 précise les mécanismes à l’œuvre dans les inégalités de rémunérations et de parcours professionnels entre femmes et hommes dans la fonction publique. Intitulé « La force de l’égalité », il a été remis par son auteure, Françoise Descamps-Crosnier, députée des Yvelines, au Premier ministre le 8 mars dernier.

On savait déjà que les règles strictes du statut régissant la fonction publique n’étaient pas garantes d’un traitement non-discriminatoire (lire les articles d’Egal’Actu sur le rapport L’Horty et les chiffres de situation comparée entre les femmes et les hommes dans la fonction publique territoriale).

Ainsi, les écarts de rémunération entre femmes et hommes varient « de 11% à quasiment 20% selon les versants de la fonction publique », une fois neutralisé l’impact du temps partiel. Elles se poursuivent bien sûr après le départ à la retraite puisque les pensions des femmes s’élèvent à 78% de celles des hommes dans les fonctions publiques d’Etat et territoriale.

Deux facteurs d’explication sont particulièrement analysés par le rapport :

  • En premier lieu, la ségrégation des métiers et partant, les différentes possibilités d’évolution de carrière des corps et cadres d’emploi. C’est particulièrement vrai dans la fonction publique territoriale : on y observe que les cadres d’emploi où sont majoritairement représentés les hommes, comme la filière technique, proposent des opportunités de promotion interne et d’avancement plus importantes, ainsi que des régimes de primes plus intéressants.
  • Ensuite, les modes de management en vigueur dans l’administration. Le rapport souligne ainsi la culture de la présence au travail, l’opacité des appréciations et des évaluations, un inégal investissement dans la vie familiale – obstacle au principe valorisé de mobilité géographique ou encore les stéréotypes de sexe en vigueur chez les agent.e.s.

Françoise Descamps-Crosnier formule 55 propositions pour rétablir l’égalité, parmi lesquelles on note la relance du protocole d’accord du 8 mars 2013, le renforcement de l’obligation d’élaborer un rapport sur l’égalité entre les femmes et les hommes pour les collectivités (lire l’article d’Egal’Actu sur la circulaire du 28 février 2017), la mise en place de mesures d’articulation entre vie familiale et professionnelle ou encore la formation des agent.e.s sur les stéréotypes.

Le groupe Egaé peut vous aider ! Téléchargez la plaquette de présentation de nos prestations à destination des collectivités en cliquant ici.

PARTAGER
Article précédentParution des nouveaux chiffres de l’égalité femmes – hommes
Prochain articleLe premier « Forum des Expertes » !
Camille Toldre est diplômée de l’IEP de Paris. Spécialiste du secteur public, elle a notamment accompagné les collectivités à mettre en œuvre des démarches en faveur de l’insertion professionnelle et du maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap. Au sein du groupe Egaé, elle est plus particulièrement en charge de l’accompagnement des collectivités.